Reportages chants et autres sujets traitants des patois valaisans présentés par nos chroniqueurs des différentes régions.

Envie de participer à l'émission Anmo o patoué sur Canal 9 ? Contactez-nous

Istouère de motsèta, en patois de Nendaz

Les jeux au mayen étaient bien simples. Avec des bouts de bois taillés et sculptés nous imaginions des combats de reine, des courses de bateaux Deux histoires cocasses de ruches et d’abeilles qui font l’inalpe à la recherche du nectar, racontées en patois de Nendaz par Jean-Pierre Fournier et Gaby d’Odette.

 

 

 

 

Cagenâ u maën

Les jeux au mayen étaient bien simples. Avec des bouts de bois taillés et sculptés nous imaginions des combats de reine, des courses de bateaux… Des souvenirs du mayen racontés par Jean-Pierre Fournier en patois de Nendaz.

 

 

 

«É trouà tâ»: Moustaki chanté en patois de Nendaz

Isabelle Métrailler Loye chante en patois de Nendaz une très belle version d’«Il est trop tard» de Georges Moustaki. Elle est accompagnée par Joël Nendaz à la guitare.

 

 

 

«La Mariée» d’Ernest Biéler, raconté en patois d’Evolène

Le magnifique tableau d’Ernest Biéler qui peint la préparation de la mariée aux Haudères en 1924 nous est conté par Gisèle Pannatier, en patois d’Évolène.

 

 

 

À la sortie de la messe à Évolène: une coutume racontée en patois

Quand on parle d’Évolène, souvent on pense aux costumes d’Évolène. Il est vrai que le costume y a été porté très longtemps. Autrefois, les gens changeaient de vêtement le dimanche et allaient plus régulièrement à la messe qu’actuellement… A partir d’un tableau de Paul Virchaux, Gisèle Pannatier nous parle d’une coutume locale, en patois d’Évolène.

 

 

 

Piyo fréhâ. Une chanson en patois d’Hérémence

Chalet bien connu dans les mayens d’Hérémence, qui possède un toit très pentu)

“J’ai vu passer un beau garçon, Nicolas de Jean de Zan’non. Tant qu’il a pu, il m’a regardée.  J’ai eu honte, il était sale mon tablier. Il m’a dit « Je viens de Pralong, je suis vacher à Mandelon »…”

Une chanson de Joël Nendaz en patois d’Hérémence.

 

 

 

É grandzé (Les granges) en patois de Nendaz

Souvenir du temps où les granges contenaient le foin pour le bétail et qu’elles étaient le paradis de la jeunesse. Une histoire racontée par Maurice Michelet en patois de Nendaz. 

 

 

Ou racâ

 

Connaissez-vous le raccard? Les raccards s’élèvent au milieu des villages, entre les maisons d’habitation, les granges et les greniers. Ils nous rappellent aujourd’hui encore qu’autrefois les familles vivaient de leur produits. Une histoire racontée par Gisèle Pannatier en patois d’Évolène.

I mountàgne, racontée par Maurice Michelet en patois de Nendaz

 

Autrefois, on racontait que le diable et les mauvais esprits habitaient la montagne. On avait peur d’elle et on la respectait. Aujourd’hui on veut conquérir la montagne, arriver au sommet de plus en plus vite. La montagne est belle mais elle reste dangereuse.

Une histoire racontée par Maurice Michelet en patois de Nendaz.

Demîndze u maën: souvenirs en patois de Nendaz

 

Le dimanche au mayen, c’était avant tout l’expédition générale pour la messe… Des souvenirs racontés par Jean-Pierre Fournier en patois de Nendaz.

Le ski à Verbier en 1950, raconté en patois de Bagnes

 

On pouvait compter sur les doigts d’une main les Valaisannes qui skiaient à Verbier en 1950. Marianne Gard de Médières nous raconte la drôle d’histoire qu’elle et sa cousine ont vécue sur les pistes de Verbier. Du bon patois de Bagnes.

Tsanson dû doïn magnën (Chanson du petit rétameur)

 

Isabelle Métrailler Loye chante en patois de Nendaz une très belle adaptation d’Étoile des neiges qui réchauffera les cœurs pendant les Fêtes. Elle est accompagnée à l’harmonica et à la guitare par Joël Nendaz.

“Deman matën no partin p’o maïn”


“Demain matin nous montons au mayen”: le remuage jusqu’au mayen, avec les vaches, c’était une sacrée belle aventure… Une aventure racontée par Jean-Pierre Fournier en patois de Nendaz.

I mouë (le mulet)


C’est l’histoire d’une amitié vécue entre un mulet, Lily de Brignon, et un enfant à Nendaz dans les années 1960… Racontée par Jean-Pierre Fournier en patois de Nendaz.