SOS Patois

Si vous avez des questions concernant le patois, n'hésitez pas à remplir notre formulaire de contact. Merci de préciser le contexte, le lieu ou la région et le patois souhaité.

Champ obligatoire

Champ obligatoire

Champ obligatoire

Veuillez valider que vous n'êtes pas un robot


Des internautes nous ont écrit. Des spécialistes leur répondent. Les  questions et réponses sont classées par catégories : 1.Nature, lieu-dits, habitation  2.Sentiments  3.Corps humain  4.Objets  5.Divers 

1. Nature  + lieux-dits + habitation

Comment on dit écureuil en patois de Bovernier - Bagnes?

Ecureuil = n.f. vardzasse   ou  mestètè (Sarreyer)
 
I vardzasse an oùna bëla kavoua. Les écureuils ont une belle queue.
Lësto comin oùna vardzasse. Agile comme un écureuil.

 

"Cul-de-sac, impasse" en patois d'Anniviers :

Nous vous proposons de traduire simplement par :  "Au bout du chemin"  =  "A tsavòng dou tsemïng"

En patois d'Anniviers "ferrer les poules" se dit :

Fèrrâ lè zilìne

Que siginifie "Au" comme par exemple "Au de Mex"

Haut de Cry, Au de Mex, Haut de Morcles, L'A Vieille à Saint-Martin: ô (Bas-Valais) et â (surtout Valais central) représentent l'ancien mot patois pour "alpe".

À consulter: https://gaspar.unine.ch/apex/f?p=102:25:::::P25_IDARTICLE:100312076

"No sin fran beïn" en patois de Bagnes, 

Signifie de manière littérale :  Nous sommes juste bien.Et par extension : Nous sommes très bien (ici).

La sauterelle en patois de Chermignon-Montana ?

La sauterelle = Lo chalièt ou Lo Chalyètt (mot masculin en patois). Au pluriel, ce sont : Lè chalyèss.

Signification en patois du lieu Le Sonalon à Verbier 

Extrait de l'explication Visualiser ici

Par extension, Le Sonalon est le lieu où l'on peut entendre résonner le son des clochettes des troupeaux de chèvres, brebis, veaux. 

"Le bâ de la Saint-Jean" à Chandolin dans le Val d'Anniviers, nommé aussi "le Calvaire

L'Église, au Ve siècle, a placé le solstice d'été sous le signe de saint Jean-Baptiste, né un 24 juin, afin de lutter contre les cultes païens du soleil.
C'est pourquoi des feux ont lieu dans la nuit du 23 au 24 en l'honneur de ce Saint;
Cette nuit-là, à Chandolin aussi, on allumait les feux de la St-Jean, à la Place dite du Calvaire pour Chandolin, et on faisait la fête... et souvent on dansait (surtout entre hommes );
Òra, no fajéinng pa mé lo bâ dè la Chéinng Zouann; de nos jours nous ne faisons plus le Bal de la St-Jean (sous-entendu ni feux, ni fête...ni bal)
Bâ dè la Chéinng Zouann  = Bal de la St-Jean

àêtta du Ehornettes

àêtta signifie en patois : ruelle

Ehornettes : est le nom d'une montagne au-dessus du barrage de Tseuzier. (Rawyl)

Arroser les maïs en patois de Savièse

Nous allons (on va) arroser les maïs :  no vajin érdjié a póouinta (polente)

"Pirogière" sur la commune de Mont-Noble (vignoble de Nax)

En résumé, le nom Pirogière peut se décomposer en Pir- “pierre”, -ogi- qui correspond au suffixe d’adjectifs français –euse (souvent prononcé –oûja ou –àouja en patois) et –ère qui désigne un lieu. Le sens serait donc « le lieu où la terre est pierreuse ». 

L’explication semble a priori plausible, mais peut-on vérifier si elle est réaliste ? – Et bien oui ! La lecture de la carte géologique au 1 :25'000 (https://map.geo.admin.ch/ > Géocatalogue > Atlas géologique AG25) montre que La Pirogière (à Nax) se situe sur une masse de roche morainique tassée (ou en tassement) et disloquée, autrement dit sur un très gros amas instable de sable, de pierres et de rochers.

Mieux encore, un second lieu-dit quasi homonyme de notre Pirogière se trouve à Mase sous le nom de La Perrougieure (en patois [en les] Perrougières ou, phonétiquement, ẹi pęrujyẹ́rǝ – fiche Muret n° 2043_126). Et ce lieu-dit de Mase se trouve exactement sur le même type de roche morainique tassée (ou en tassement) et disloquée que la roche de la Pirogière ! Le même lien entre la qualité pierreuse du sol et le sens « lieu où la terre est pierreuse » se retrouve donc indépendamment en deux lieux différents distincts d’à peine 3,5 km l’un de l’autre ! Il est plus qu’improbable qu’il s’agisse d’un hasard, et nous pouvons donc – jusqu’à preuve du contraire – considérer l’hypothèse du « lieu où la terre est pierreuse » comme réaliste et acceptable. 

« La Lune » en patois anniviard

La lune  = la lhouna
 
et quelques petits compléments...
 
le quartier de lune      = lo cartî dè lhouna
la lune descendante    = lo bâ dè lhouna
la lune montante        = lo chouc dè lhouna, lo frè dè lhouna
la pleine lune             = lo tsâ dè lhouna
le clair de lune           = lo klhar dè lhouna
la lune noire               = lo tôpo dè lhouna
le croissant de lune    = la fouksirlhé dè lhouna...

Grimentz en patois d'Anniviers

 Gréméinngtsé = Grimentz 

Noble et Louable Contrée en patoi de Chermignon

Gran Cômôn = Ancien Lens = Anciennes Communes de Lens, Icogne, Chermignon et Montana ou Louable Contrée (pas de mot en patois)

La Côntrâ  = signifie "La Noble Contrée" (sans traduction du mot Noble)

Pas de mot en patois pour désigner les 2 régions ensemble. En français, pour désigner La Louable Contrée on disait (Ceux de la Louable) et pour désigner les gens de La Noble Contrée, on disait (Ceux de La Noble) 

La cave en patois de Savièse

La cave = I seoui n.m.    ou var. I siou
Réf : p. 488 du Lexique du parler de Savièse, éditions de la Chervignine, Savièse

"Le chalet à moi" en patois de la vallée de Bagnes

ë itro a më    pour le chalet d'alpage.
 
sein ë o chalë a më.

Mon (notre) beau Châlet en patois de Mase

Noutro biau tsalet

La place du village en patois d’orsieres

La place du village en patois d’Orsières:  La plàsse du velâdzo.  
Et de Mme Fellay  La plàsse du dzenó.  

"Belle Vue" et "Coup de coeur" en patois de Mase

En patois de la région de Mase, Belle Vue se dit   Bèla Yoûa  ou  Bèla Yùva.

Coup de cœur n'a pas d'équivalent patois traditionnel. Nous pouvons vous proposer :  Intchyé no ! Ce qui signifie littéralement  "chez nous" !  = équivalent de Home sweet home anglais.  

"Belle vue" en patois, si possible de la région de Crans-Montana 

La traduction littérale, en patois de Chermignon, région Crans-Montana, de "Belle vue" = Bèla yoûva.

Proverbe avec le mot yoûva.  "Por fére ôn bôn mariâzo, fôdrit quié l'òmo ôche pâ d'ourèlye è le fèna pâ dè yoûva."  "Pour réussir son mariage, il faudrait que l'homme n'ait pas d'oreilles et la femme pas de vue."

Signification du mot Poëtta ou Poëta ? un lieu-dit : Poëta combe du côté de Sainte-Croix -VD

Poëta signifie mauvaise. Il s’agit sans doute d’une combe escarpée, difficilement praticable, ou autrement mauvaise. 

"Le petit paradis du chasseur" et "le paradis de la chasseresse"en patois de Chandolin (Anniviers)

"le petit paradis du (pour le) chasseur"     Lo paradéjètt dé (pò) lè tsassyou

 "le paradis de (pour) la chasseresse"      Lo paradéjètt dè (pò) la tsassyouja

« Le Hameau » en patois du Val d’Anniviers 

Les patoisants de Saint-Luc disent vélazètt (ou vìlazètt) pour un petit village, un hameau, c'est un diminutif de vélâzo ou vilâzo, «village».

« le Tsampy » en patois de conthey

Ce mot est sorti de la langue courante il y a assez longtemps en patois de Conthey. Il n'y est plus conservé que figé dans ce nom de lieu. En revanche, il est resté vivant en patois du Trient, où il signifie «champ transformé en pré, qu’on a labouré l’année précédente». Il s'agit d'un mot de la famille de tsan, «champ».

Source: Glossaire des patois de la Suisse romande, tome 3, page 294, article Champi.

Intchiè no !   

Cela veut dire : Chez nous !   C'est un peu l'équivalent du Home sweet Home anglais.

 

Le mot COUNY signifie-t-il quelque chose 

Lo Couny = le lièvre variable. 

Que signifie : Lu Payo dè pirra 

La Maison (intérieur) de pierre

Quelle est la signification du lieu-dit "trefeneus" à Icogne

Trèfènìss en patois d'Icogne  - Trefèneùss en patois de Lens  - Transcrit Trefenis dans "chemin de Trefenis" (à Icogne)  - Transcrit Tréfénisses au cadastre d'Icogne

Trefeneus sur les cartes nationales

Signifie : Trois-fenils ou, plus probablement, "Au-delà des fenils" (avec trè du latin trans- = au-delà).

Montagne, neige et glacier. en patois d'Evolène

Moùntànye = montagne
Nek = neige
Byeùnyo = glacier

Comment dit-on Les Marécottes et Bonjour les habitants des Marécottes ?

Li Marcote  è  Bondzó li Marcotin  

Qui sont les "chorgues " patois valaisan

Les "Chorgues" sont les noms en patois des habitants de Troistorrents. Ce nom provient des champs de sorgo (céréale) qui étaient bien cultivés dans la région.
On les appelle aussi les "Canteu", car c'est une région où les gens chantent beaucoup.

Par simple curiosité je me demande ce que signifie le nom du sommet "Tsa de l'Ano" dans le val d'Hérens, au dessus des Haudères ?
Il y a aussi des différences par rapport aux cartes, actuellement il s'appelle "Tsa de l'Ano", mais en 1967 il s'appelait "Za de l'Ano", ... en 1871 il s'appelait "Zatalana".

Tsa : tsâ est un mot patois, un nom féminin plus précisément, qui désigne (surtout désignait) un pâturage pierreux proche des sommets. Le mot est courant dans les patois valaisans en général, et au-delà. Origine : un mot gaulois, passé en latin tardif sous la forme calma.

Ano : âno est le nom patois de l’âne.

Tsâ dè l’âno = pâturage de l’âne. C’est effectivement le nom de ce sommet en patois d’Évolène.

Beaucoup de noms de lieux sont formés avec le mot « âne » au singulier ou au pluriel, en Suisse romande et notamment en Valais. Ils datent d’un temps où les ânes étaient nombreux. Dans le cas présent comme souvent, le nom d’un pâturage est devenu celui du sommet qui le surplombe.

La graphie « Za de l’Ano » de 1967 est repris de la carte Ziegfried n° 528 (Évolène, 1 :50’000) établie en  1878. À cette époque (encore aujourd’hui dans une moindre mesure), le « Z » servait à écrire le son « ts » du patois.

La carte Dufour n° 22 (Martigny, Aoste) établie en 1861 écrit effectivement « Zatalana », graphie qui résulte sans aucun doute d’une transcription inexacte du patois. À ce propos, voici une citation du 24Heures du 29 mai 2012 : « En 1845, lorsque les premières cartes paraissent – couvrant les cantons de Genève, de Vaud et du Valais –, Dufour doit faire face aux critiques qui contestent les choix graphiques et signalent d’impardonnables erreurs, notamment dans les dénominations. Dufour se fend d’un rapport, soulignant l’«immense difficulté» posée «par la diversité des jargons suisses» et l’impossibilité de satisfaire à la fois les puristes et les habitants attachés aux appellations locales. » Une erreur, en l’occurrence, corrigée par la carte Siegfried n° 528.

Références :

- Glossaire des patois de la Suisse romande, tome I, page 409, colonne a

- Jules Guex, la montage et ses noms, p. 141 (2e édition 1976)

L'origine du mot "tséjéroulaz".

Tséjéroulaz (ou Tsìjeroûla, variante donnée par Léon Lavallaz dans « Essai sur le patois d’Hérémence », page 428), est un diminutif de tséjyóre (ou tsijieure, variante donnée par Alphonse Dayer sur wikipatois.dayer.biz) qui désigne le chalet d’alpage où on fait le fromage. Tséjéroulaz a donc dû désigner initialement l’endroit où se trouvait une petite fromagerie. L’origine de cette famille est caesus, un mot signifiant fromage en latin. Le fromage des Romains et son nom caesus se sont diffusés très tôt dans les régions germaniques, raison pour laquelle le fromage se dit Käse en allemand et cheese en anglais.

« La source » en patois d'Anniviers 

La source  =  La fonntàng-na   La petite source = La fonntanèta
 

"Montagne" en patois 

En patois de Savièse :  montagne = chêra,    les montagnes  = é chêré.     Le mot  patois moutanye s'emploie pour désigner un pâturage de montagne ou un alpage.

Il paraît qu'à la fin des années 1800, le village de St-Luc dans le Val d'Anniviers se nommait Luc qui signifie "la terre mouillée". Cela vient-il bien du patois de la région ? 

Voici pour l'origine du nom de Saint-Luc :

Loùk (qu'on peut aussi écrire Löc en graphie traditionnelle anniviarde) est le nom patois, "Saint-Luc" ne se dit pas en patois. L'hypothèse la plus probable est que ce nom représente le latin lucus, qui désignait un bois sacré (plus anciennement une clairière). Le nom du hameau Loc sur la Contrée et de Luc village d'Ayent sont de même origine.

Le saint patron initialement prévu pour l'église inaugurée en 1806 était Théodule, comme cela était le cas de l'ancienne chapelle de Luc, mais les Lucquérands ont changé d'avis parce que Loùk ressemblait à Luc, et plus tard le village Luc a été rebaptisé Saint-Luc par rapprochement avec le nouveau saint patron.

Le nom du hameau Loc sur la Contrée et de Luc village d'Ayent sont de même origine.

"Une étable" en patois de Nendaz 

boeu, n.m. 1.Etable, écurie; N 2.(péj.) Prison. -

Devinette: plin oun boeu de àtse rôdze, vouà derën ouna néyre, tsàsse fûra é töte, câ rë? - (Pleine l'écurie de vaches rouges, rentre une noire, elle chasse toutes les autres dehors, qui est-ce?) i coûéi (le crochet du fourneau qui sert à sortir les braises)

boeu, (contraction de bâ û) adv. En bas à: aâ boeu boeu, aller en bas à l’étable.

Vous pourrez apprendre d'autre mots en patois de Nendaz en téléchargeant l'application pour smartphone, créée par La Coblà di Nendi : http://alpmobi.ch/app/21

"Lo tsang deou coummoung" vu sur un chalet du côté de Vissoie (val d'Anniviers) 

Lo tsanng dou coumoung = le champ du commun 
Les « communs » sont des terrains appartenant à la commune ou à la bourgeoisie et dont peuvent jouir tous les bourgeois ou résidents, le plus souvent des pâturages communaux.  

La marmotte en patois de la Tzoumaz 

Le mot n'est pas documenté pour la Tzoumaz ni Riddes dans notre fichier. Mais marmotte se dit marmòta un peu partout dans le Bas-Valais: Leytron, Chamoson, Martigny-Combe, Bagnes, etc.

Une marmotte, un écureuil, une vache, dans le patois des Mayens de Riddes, Isérables

marmòta, vèrdzàsse, vàtse

Pot de Miel et abeille

Pour le miel, c’est le mot « mi ». Le mot « pot » se traduit par « dolë », mais ce n’est pas le mot approprié pour le miel. C’est plutôt pour l’eau ou le lait. Donc on dirait plutôt « bàle-me o mi », soit « passe-moi le miel. ». 
Pour abeille, c’est le mot « motsèta », pour le singulier. Et le mot « motsète » au pluriel. Il y a très peu de différence dans la prononciation. Le plus important est de mettre la tonique sur le « è » et non sur le « a ». 

 

Quels insectes sont « Le Chalyett » en patois de Montana/Chermignon

La sauterelle = Lo chalièt ou  Lo chalyètt (mot masculin en patois)

Lo chalyètt (soit y pour le l mouillé et 2 tt à la fin du mot pour bien indiquer qu'il faut prononcer la dernière lettre. Au pluriel, c'est Lè chalyèss.

 

Une luciole en patois valaisan ?

Lo vèrmèlètt dou néétt  = ver de la nuit  en patois d'Anniviers 

Vèyèrèta  =  ver luisant en patois d Evolène

Verméi kyé clérye = ver qui éclaire  en patois de Savièse

"Légumes" dans différent patois ?

Pour faire suite à votre demande nous vous faisons parvenir notre réponse concernant uniquement les patois du Valais romand. En voici quelques versions :

 
Légumes : côrtéliazo  (Chermignon -Lens)
                kourtelazo  (Bagnes)
                corteladzo   (Savièse)
                corteuillazo  (Hérémence)

J’ai travaillé cette vigne ! en patois de Fully 

(i) n’i travaya shia vëgne  =  j’ai travaillé cette vigne

n’i travaya  shia vëgn’a-itche = j’ai travaillé cette vigne-ci 

n’i travaya shia vëgn’a-li ...= j’ai travaillé cette vigne-là…

Le nom Berclaz proviendrait de "bercle" qui serait une sorte de tuteur pour vigne dans un des patois valaisans. En sauriez-vous plus?

Assez juste. Le nom de famille valaisan Berclaz vient du patois bèrklya qui désigne la vigne en treille ou en espalier. Le même mot patois a servi à nommer une vingtaine de lieux en Suisse romande, dont le lieu-dit Les Bercles à Bramois.

Source : https://gaspar.unine.ch/apex/f?p=101:25:::::P25_IDARTICLE:200343022

J’aimerai nommer le chalet « la grande liberté » comment le dit-on en patoi de la vallée d’Illiez ?

Pour la traduction de cette expression  "la grande liberté" : la grânta libertau,   très peu utilisé en patois.

Nous proposon dans la même idée  de s'échapper  :   L'étsampail, ou étsampail  qui veut dire :  L'échappée ou échappé.  Plus original, moins long, plus porteur du patois.

Le mot chorgue ou sorge en patois valaisan 

En patois de Troistorrents, le mot Chorgue = Chârgo  en patois pur, vient d'une sorte de blé " le sorgo". Beaucoup de champs de céréales se trouvaient sur la commune de Troistorrents.

Il y a aussi un autre sobriquet pour les villageois de Troistorrents  : Quanteux. Cela viendrait de Quantare (lat.)  Chanter. Un peuple qui chante beaucoup !

Les habitants d'Ayer (commune d'Anniviers) : d'abord en français puis, surtout, en patois de la région 

Les habitants d’Ayer : lè-j-abitènn d’Ayèr /   hló d’Ayèr  = ceux d'Ayer                Surnom  : les corbeaux  =  lè kòrbé

Que signifie le lieu-dit Tsampodo, au dessus de Miège. J'ai aussi entendu parler de bozon, sorte de cave sous une grange. Peut on le traduire ?

Tsampodô est le nom  patois d’un lieu situé de l’autre côté de la Raspille, sur la commune de Salquenen (son nom en dialecte de Salquenen est Tschampedü). C’est bien un nom francoprovençal à l’origine. Il est composé de tsan qui signifie champ, et d’un autre élément dont l’origine et la signification ne sont pas élucidées.

Un booutsòn est une petite étable pour les porcs. Voici le lien vers l’article du Glossaire de la Suisse romande qui traite ce mot : https://gaspar.unine.ch/apex/f?p=101:25:::::P25_IDARTICLE:200447070

Comment dit-on «le mélèze » et «les mélèzes» en patois de Fully?

Le mélèze     : la lârje         /      Les mélèzes  : li lârj'è

Yo ché oou peùyo (ou peùye)

À Évolène ça veut dire: Je suis à la maison. 

Existe t'il d'autres formes de mots pour le mot maison en patois d'Anniviers?

En patois d'Anniviers la maison se dit : éhro  ou mijong .

J'aimerai donner à ma maison un nom en patois.

La demande de traduction est souvent en lien avec le lieu-dit où la maison est bâtie ou avec un élément naturel particulier proche de la bâtisse tel que nom de fleur ou d'un animal de la région. Donner un nom patois, c'est prolonger la continuté du bâti dans le temps tout en renforçant le lien avec les ancêtres.

Nous habitons un chalet à Troistorrents et sur notre terrain nous avons un four à pain restauré qui date de 1700 et aimerions donner un nom en patoi à notre chalet qui fait référence au four... Auriez-vous une idée? 

pré du four = prau deu fo

tout près du four = a rà le fo

autour du four   = deinto le fo

fournée    =  fornail

Je suis a la recherche de la traduction en patois du Val-d'Illiez du mot "mazot" ou "racard" ou "petit chalet"

Le mot  Mazot  ou  raccard  raccard  n’est pas usuel dans le Val d'Illiez. Voici quelques mots  bien de  chez nous :

          NA CÂSA           la case ou le fenil   grange à foin  sur un terrain  éloigné de la ferme où  l’on engrangeait  le foin  à la récolte 

                                               et que l’on ramenait  à la ferme en hiver( le lieu dit s’appelait  NA CASAU)

         ON GRANDZON    une petite grange

         ON GRENA                 un grenier: un de petit chalet à proximité du chalet d’habitation où l’on entreposait des réserves (aliment ou  autre)

                                               Le grenier c’était aussi un réduit ( comme une petite  chambre) dans  la grange

         LE  LISSU          Galetas ; place vide sur le grenier où l’on réduisait des outils

         LE Forié                       Chalet entre le village et  l’alpage         (chalet du coteau entre saison)

         LE LAMON                  chalet d’en-haut (été)

         LE LAVOU                   Chalet d’en-bas (hiver)

         LE SHOTI           écurie  annexe

         ALPADZE          LOUS ALPADZES (l’ Alpage;  les alpages)

         LOU QUEMON  les communaux ; Alpages appartenants à la Bourgeoisie

 

Quel est l'origine des mots "Greni" et "Guerni" et à savoir lequel se rapproche le plus du patois Anniviard (VS)

Cette question est judicieuse! Les matériaux du Glossaire des patois de la Suisse romande (GPSR) confirment tout à fait la remarque de Bourgeoisie de Saint-Luc: c'est Guèrni (avec accent grave, plus clair que Guerni qu'on pourrait faussement prononcer "gueurni") qui se rapproche le plus du patois d'Anniviers, et de loin.

Le mot grenier se dit guèrni en patois dans tout le val d'Anniviers (il est documenté au GPSR pour Saint-Luc, Chandolin, Mission, Ayer, Pinsec et Grimentz) et dans plusieurs localités proches (Vercorin, Chalais, Chippis, Miège, Venthône, Mollens, Randogne). Il se dit bien sûr guèrni aussi à Muraz, puisque les Muratsi parlaient le patois d'Anniviers.Ce n'est que dans quelques localités de la Contrée qu'il se dit gréni: Lens, Chermignon, Montana.

Existe-t-il un terme en patois qui signifie "La couleur rose sur les montagnes enneigées au coucher du soleil" 

En patois de Bagnes il y a le mot raveû qui désigne une lueur rouge, spécialement celle que produit le soleil levant ou couchant dans le ciel.

Exemples:
Raveû du nèïn, byô tèn du dzo ke vèïn; raveû du matèïn amèïnne o karapèïn!
Lueur du soir, beau temps du lendemain; lueur du matin amène une fine couche de neige!

Cindes (de la rue des Cindes à Vens, Conthey).

Ce nom de lieu représente le mot thènda ou thinda, la sangle en patois de Conthey. Ce mot vient du latin cingula, même sens. Il désignait aussi autrefois, en francoprovençal alpin, des bandes de terrain dans les rochers, et il est passé en français dans la terminologie de l’alpinisme au sens de replat allongé servant de passage dans les rochers. 

Pouvez-vous expliquer la signification du lieu-dit "Poteu des Etales" qu'on a traversé lors de notre balade vers Derborence 

«Poteu» désigne un endroit encaissé dans les rochers, où une chèvre (ou un mouton, voire une touriste) peut aboutir par le haut en sautant mais d'où elle ne peut plus ressortir ensuite. «Ètâa» = "bûche" en patois de Conthey. Poteu des Etales, en patois Poteù du-j ètâe, petit pâturage, passage où il y avait autrefois (au 19ème siècle) des marches de bois (les bûches) dans les rochers. Poteu veut dire 'passage' et étale 'morceau de bois'. On montait, entre autre, par là le bois de chauffage pour l'alpage de Mié.

Est-ce qu'il existe une traduction littérale et populaire de cette "corne blanche" le célèbre Weisshorn

Pour le Weisshorn, le seul nom usité depuis le début du 20ème siècle est «lo Vèissorn». Mais au 19ème siècle on l'appelait La Machèla dè Konpothànna, c'est-à-dire «la Mâchoire de Composana (lieu-dit de Tracuit)». Le Weisshorn porte bien son ancien nom!

Ces informations ont été tirées du Glossaire des patois de la Suisse romande.

Comment dit on  :  rhinanthes (crête de coq) en patois de Mase

Le rhinanthe se dit en patois artayèla selon certaines sources dans notre région, sans que cela soit documenté. Le dictionnaire du patois de la Noble contrée traduit ce mot par artayàla, très proche du précédent. Du fait qu’il vient d’un dictionnaire, il me paraît préférable d’utiliser ce dernier.

Que signifie le mot "Tzeno" figurant sur une plaquette fixée sur un vieux mélèze au pied de la Combe d'Orny ?

En patois, tsenô (en graphie valaisanne commune) est un nom féminin qui désigne ou désignait un ravin ou ou dévaloir, parfois un cours d’eau temporaire. Ce mot vient du latin canalis « conduit », et c’est la cousine germaine du français chenal. Référence : Glossaire des patois de la Suisse romande, tome III, pages 493-496, et matériaux.

Il existe, entre Sierre et Sion, une réserve natruelle appelée Pouta Fontana. Je souhaiterais savoir si ce nom vient du patois et, si oui, quelle est sa signification ?

Pouta Fontana = la laide fontaine, mais fontaine au sens de « source, eau vive qui sourd du sol » et non de « fontaine qui coule ».

Comment s’ecrit la chotte du chasseur en patois d’Arbaz  et la chotte des cochons en patois d'Isérables?

Patois d'Arbaz :  La chotte, l'abri du chasseur  =  a choa du tzassieu  

Patois d'Isérables : La chotte, l'abri des cochons  = a shot dè kayong

Je cherche la traduction de "la chotte".

Le mot français « chotte » en traduction patoisante donne :

              -          chòta, sòta ou seùta de Vouvry à Conthey en passant par Entremont, Bagnes et Nendaz, à Savièse et sur les bords du val d’Hérens,

-          chóta (o fermé) aussi à Savièse et Grimisuat,

-          chòtha (ti-éitch anglais) à Hérémence, Évolène et en Anniviers

-          chòssa aussi à Évolène

-          chòha ou chòhha pour Arbaz, Ayent, la Contrée, Ayer et Vercorin.

 Le mot français (qui se dit dans les cantons de Vaud, Valais, Fribourg et Neuchâtel ; dans les Alpes vaudoises et les Montagnes neuchâteloises on dit aussi la sote) vient du patois, le mot patois vient du latin populaire *susta, et ce mot est dérivé du verbe latin bien connu substare « se tenir dessous ».

 

Y a-t-il un nom spécifique en patois pour "les  moutons le Roux-du-Valais" ?  (race particulièrement présente dans le bas valais...)

Je suis le président  des Amis du patois de Troistorrents=Lou Tré Nan.....Dans notre vallée il y avait 2 race de mouton -Les blancs= lé faillé blhantsé.... Les roux= lé faillé rossété  à l'époque tous les moutons avaient des cornes...

Comment dit on "agneau" en patois du district de Martigny ?! 

Cela se dit : anyé   

 

 

2. Sentiments

 

Achet’a te li, è, réchte tchaï

Assieds-toi ici et reste bien tranquille et silencieux ! (Tais-toi !)

Etre en bonne santé, le bien-être, prendre soin, la nature, la sérénité, l'équilibre, l'harmonie, la gentillesse, l'humilité, l'empathie, le parcours, le chemin, en patois d'Evolène 

Éthre èn bònna sannté, la bunéje, tsavoyè, la natùre, la trankulutà, lo balàn, l'armonîye, la bonntà, lo cholé, lo tsumìn, lo tsumìn.

Lô dzè

O dzé :   signifie le geai (l'oiseau) en patois de Savièse

Lô dzè : Ca dépend des patois.

-          Énergie, ardeur au travail à Vouvry, Vérossaz

-          Répulsion, dégoût dans plusieurs localités

Il existe un homonyme dzè qui désigne le moule à sérac aux Marécottes.

Joyeuse retraite en patois de St-Luc

Zéyoujè é lònnghè rènntè (di vyòss) à tè  = Joyeuse et longue retraite (des vieux) à toi !
ou plus simplement
"zéyouja rètrètta"

Les bonne choses - aux paradis / le paradis en patois de St-Luc

Les bonnes choses = Lè bònng-nè tsoujè  
Au paradis singulier = ou paradétt 
Aux paradis pluriel  = y paradétt (chez nous, les mots masculins ne changent pas au pluriel) 

Sens de 'soitre' ou soatre en patois du Val d'Illiez

A Troistorrents  on dit  ON TSOÂTRE (OÂ) (on mange le O et on dit le À  TSOÀ

"Comment tu vas? "  et "merci", en patois évolénard 

Koùmènn tè va tu?   = Comment vas-tu ?   

Mersi.   = merci   (en roulant le r )

Bonne année !

 Bó.n-an !

Tu bois un verre avec moi  ?  et  Que bois-tu ? en patois d'Hérémence 

Tu bois un verre avec moi ?  To bê ho aun vêr ô mè ?

Que bois-tu ?                       Dek to bê ?

 A votre santé en patois 

Pour dire "Santé!" on dit: Sannté!  ou Santé !

Lu chèndâ "la santé" est un vieux mot qu'on ne dit pas traditionnellement à Évolène en trinquant. Éthre èn chèndâ se disait pour "être en bonne santé". Par contre en Anniviers on a toujours dit chènndâ pour la santé, et "A ta chènndâ!" = "à ta santé!". C'est surtout récemment qu'on a (re)commencé à dire Chèndâ! dans le Valais central, redonnant vie et santé à ce joli mot qui vient tout droit du latin sanitatem, la santé.

 

Le bon vin réjouit le coeur des hommes, en patois d'Ayent

E bon ein rèzûe o cûr dè òmo.

" Repose toi bien ! " en patois 

de Conthey : Repose-toi bien ! = Répouje té bin !    Bon répo !     ou    Chogne té bin !  = Soigne-toi bien !

d'Isérable : Bòna né è bon rèpoû ! Féde dè brâvo sòndzo !  = Bonne nuit et bon repos ! Faites de beaux rêves !

"Je t'aime" en patois

Un Bagnard dirait : Toù sâ pâ vouîro yoù t’ànmo !   Tu ne sais pas combien je t'aime !

Un Orserain : Le tyœu mè ba prè (mon cœur s’agite) ! 

Un Anniviard dit : Tè lànmo kòme moû-j-ouèss ! Je t'aime comme mes yeux !

Un Évolénard : Lu myo koû bàte por tè !  Mon coeur ba pour toi !

Mais autrefois ils ne le disaient pas souvent. Commentaire dans le Glossaire : « Le mot ne semble pas d’un emploi bien populaire au sens « aimer d’amour », mais il n’y a pas d’expression synonymique qu’on puisse citer comme lui faisant sérieusement concurrence. » M. R. Maître

Patois d'Evolène : Yô t’âamo : M. Quinodoz

Patois d' Anniviers M. Salamin.

Oung cou ké prézyèvo aoué oung châzo dou M. Salaminvélâzo dé Sandoléing Un jour que je parlais avec un sage du village de Chandolin Anniviers

chtéc m'a détt : tou chatt, no j'âtro, oung dojâvè pâ dégré hlé tsoujè, celui-ci m'a dit : tu sais, nous autres on n'osait pas dire ces choses-là

ma oung déjyève proc mais on disait :

"Tou voudritt pâ énéc oung-na cochètta aoué mé m'idjyè ou vényè... o ou courtétt..." Tu ne voudrais pas venir un petit moment avec moi pour m'aider aux vignes...ou au jardin..."

 

Patois de Chermignon M.Lagger

Nos aïeux étaient assez prudes dans ce domaine ! Traduction littérale yo tè l’ànmo. Si Madame faisait un reproche du genre : tu ne me dis jamais “je t’aime”, Monsieur répond : Tô châ prou quié tè l’ànmo, yé pâ bèjouén dè dërè !  Tu sais bien que je t'aime, il n'y a pas besoin de le dire !

 Quant à la traduction littérale de la formule "Je t'aime" il y a quelques variantes de morphosyntaxe selon les régions : T'ànmo, iou t 'amou, io té an-mo...

 

Au vu de la difficulté à traduire, les membres patoisants du Bar patois ont été sollicités. Voici leur différentes réponses  et variantes 

Patois de Brignon, M. Maytain:  Chéi fran  amoueyroeûja - amoueyroeu - de të. Yo bourlo por të. Ei o djyàblo û cö por të. Chéi ënradjyeyte - ënradjyà - de të. 

Patois de Salvan: M. Bochatey,   Aimer= anmâ     Ye t'anme

Patois d'Evolène : Yô t’âamo : M. Quinodoz

Patois de Bagnes, M. Fellay, on s'aime ainsi :  ye t'âmoù = je t'aime.   
Patois de Veysonnaz ( A Injonne ) :  ti anmo. JJ Fournier
Patois de Nendaz : Yo anmô te !     Tami. JP Fournier 
Patois de Leytron, M. Bessard :  Din noutre patouê dè Laïtron le verbe aimer, s’aimer : anmâ, s’anmâ,  je t’aime: ie t’anme  je t'ai aimé : ie té anmô  Il faut bien s’aimer dans la vie : i fô bin s’anmâ din la via

« Du bon air »en patois de Nax,  dans le sens que l’air y est agréable

Du bon air (dans un sens agréable)  se dit : Dè bo-n ê.

« Ainsi va la vie » en patois (St-Luc) 

 L'è déingché la vya... 

"Au revoir" en patois d'Evolène ?

En patois d'Evolène "au revoir" se dit : tànkeCe qui signifie littéralement "jusqu'à"

"Avant de lâcher, on lâche rien ! "en patois du val d'Anniviers ma grand-maman était de Pinsec

Dèvàn kè lâchyè, oún lâche pâ !

Ssilence ou tranquillité ou paix en patois de Eison (St-Martin) 

Silence : pas de mot précis ou spécifique mais on dit plutôt des périphrases comme : chèn bruik (sans bruit)  ou  pa ou chon (pas un son)

Paix      : 

Tranquillité :  trankuluta (le u se prononce comme un son entre e et u)
Tranquille :   kouèk   Vient de coi en français

Je cherche un mot en patois pour écrire à la fin d'une lettre. Comme une sorte de formule de politesse.
Le sens serait: amitiés, sincèrement ou salutations. Voici la réponse en patois de Savèse.

A révêre, pourta-té bien !    Au revoir, porte-toi bien !

Tankyé a prochéne.            A la prochaine.

Saotasyon.                         Salutations.
Bona dzournyia                   Bonne journée.

"Merci beaucoup" en patois de Chermignon

Je l'orthographie ainsi : gràn mèrsi

Pour l'adjectif "gràn", je mets l'accent grave sur le "à" qui marque déjà l'accent tonique du féminin "grànta" et aussi pour le différencier du nom gran qui signifie "grain" en patois de chez nous.

"Je suis comme je suis" en patois de Fully,  de Bagnes et Vollèges

Patois de Fully = i chaï, min chaï / ou =  i chaï kemin i chaï. 

Patois de Bagnes = You sai dinse pâ atramin. 

Ptois de Vollèges. Voici 3 versions à choix avec « ye ».

  1. Ye si comin ye si.
  2. Ye si komin ye si.
  3. Ye si komèn ye si.

Et 4 avec « yo ».

  1. Yo si comin yo si.
  2. Yo si komin ye si.
  3. Yo si komèn yo si.

La différence entre les versions est purement graphique, il n’y en a pas des plus correctes ou des moins correctes.

  • 1 et 5 sont les plus simples,
  • 2 et 6 ont le k comme dans le Manuel du patois voisin d’Orsières et comme dans le Dictionnaire du patois voisin de Bagnes,
  • 3 et 7 suivent la Graphie commune pour les patois valaisans.

"Bienvenue" en patois d'Evolène 

èn tchyè no, éithe èn tchyè vo !  Cette phrase signifie littéralement : chez nous, vous êtes chez vous ! Il semble que ce soit un beau message de bienvenue.

Comment traduire "Sweet home" en patois de Chermignon-Lens 

Èintchiè nô = “Chez nous” ça veut tout dire ! Ah, qu’on est bien chez nous !
Pour “Bienvenue” je me souviens qu’Alfred Rey traduisait par Bénvènouà, traduction littérale 

Dans le cadre du patrimoine de Saillon, je transcris des actes anciens. Dans les lieux-dits on trouve le mot Gru, qu'on rencontre un peu partout en Valais. Je n'ai trouvé nulle part sa signification. Merci pour votre réponse.

En effet, près de Mazembroz, un lieu couvert de buissons est nommé « in Gru » en patois, « en Gru » au cadastre. À Ardon un endroit en champ et vignes est nommé « in Gru » en patois, « Gruz » sur la Carte Siegfried 486. À la limite des communes d’Ardon et Chamoson, un groupe de grands rochers est nommé « o Si de Gru » en patois, « Le Six de Gru » ou « Sex de Gru » sur la Carte nationale 1305. Le même nom de lieu se retrouve à Loèche. Aucune origine n’est établie. Le mot patois gru désigne le gruau un peu partout en Suisse romande et notamment dans le Bas-Valais. S’agit-il du même mot ? On peut en faire l’hypothèse, mais rien de plus. Référence bibliographique : article gru 1 du Glossaire des patois de la Suisse romande.

Merci pour les informations. Entretemps j’ai trouvé dans les toponymes de Leytron (par Théo Chatriand) que « Gru » signifierait « terre mêlée de pierre » provenant du germanique « gru ». je n’ai pas pu remonter cette piste. Toutefois, cela correspond à l’aspect de lieux-dits cités entre Martigny et Ardon. Par contre toute culture est impossible en ces lieux et la liaison avec gru/gruau parait bien hasardeuse. De même, je ne vois pas comment cette origine germanique peut s’expliquer dans une zone très franco-provençale.

La terre mêlée de pierre, c’est la pierre de gruau. Le germanique « gru » n’existe pas, il s’agit du germanique « grût » qui signifie gruau. Les deux hypothèses ne font qu’une et elles n’ont rien de hasardeux, d’autant moins que la liaison avec gru est la seule plausible et qu’il y a beaucoup de mots d’origine germanique dans tout le domaine francoprovençal.

"Joyeux anniversaire" en patois de Fully, de Savièse, d'Anniviers et d'Hérémence, Nendaz et Bagnes  

En patois de Fully :  Bouën’a fite !     En patois de Savièse  = Bona féta ! ou   Bon nivèrdzéró !       En patois d'Hérémence : bona fétha !  = bonne fête !  

En patois d'Anniviers   = Bòng aniverzéryo     ou   Bòng-na fééhha
 
Patois de Nendaz. Pas vraiment de mots. Le mot anniversaire ne figure pas dans notre patois. 
« Fournî an » est le terme pour définir l’anniversaire. 
« Can tû froun an? » Quand finis-tû l’année ou quand as-tu ton anniversaire?
Alors on peut dire: « Böna fîta po can tû froun an », mais on entend aussi comme en français « Bon aniversère »
À noter aussi:
« i fournéyte d’an » qui était la messe dite une année  après la mort d’une personne. 
 
Patois de bagnes Bôna fita.  Mais on souhaitait surtout bonne fête à la fête du Saint patron du village.

 

🎄Joyeux Noël 

En patois de Savièse : Bona Tsalindre !  Joyeux Noël. 

En patois d'Anniviers  =: Bòng Tsalènnde è bònng ànn.

"Nous t'aimons fort" en patois de Fully  

Nous t’aimons fort =  No t’an-m’in fran bien !

 "Bonne nuit et bon repos. Faites de beaux rêves !" en patois d'Isérables 

  En patois d'Isérables : Bonne nuit et bon repos. Faites de beaux rêves ! = Bora-nhé è bon repos. Féte dè bràvo sonndzo !

 

3. Famille + corps humain 

Comment dit-on famille en patois de St-Luc / Anniviers ?

famille = familhyè  (tiré du lexique du patois d'Anniviers)
La famérlhé  : le premier son é est entre le i et le é accent aigu (plus près du i) et est la tonique du mot et le son rlh est un peu comme celui de perle en français et le dernier é presque muet plus près du son é aigu.
Comme souvent, on dit  pour l'article quand c'est sujet : lé famérlhé dou pârré véc in Louc la famille du côté du père vit à St-Luc et la quand c'est en complément ou seul m'in véjo vérè la famérlhé dou pârré  je m'en vais voir la famille du côté de mon père. Bien sûr on peut dire lè nouhro  les nôtres  ou aussi lo clhanng  le clan, cela dépend de ce qu'on veut dire...

Grand-papa et grand-maman en patois d'Evolène

Pârre-grô           ou   Gran-pére

Mârre-grôcha      ou  Gran-mére

Grand-papa d’amour  en patois Anniviard

En patois du Val d'Anniviers, grand-papa se dit gró. Amour ne se dit pas vraiment en patois. On peut remplacer amour par : que j'aime beaucoup. = kyé anmó tan ou prou prou 

Grand papa d'amour = Gró kyé anmó tan !

"Maman" en patois valaisan 

Maman  = máre 

La traduction de mot maman en patois peut différer égèrement selon la région et le sens donné dans la phrase.

"enfants" en patois de Bagnes 

Un enfant :   oun meïnnô          Les enfants : i meïnnô 

D'autres variantes sont possibles pour parler des enfants petits, selon la taille ou le caractère turbulent :  infan  - doyin -  dyabla - kakaneïn  ...

"Oncle et tante" en patois de Savièse 

 oncle = aou   ou     ou'aou

tante  = antou  ou   ouantou

et de Bagnes 

oncle = onshle   ou  avoeu (vieux célibataire)

tante  = anta  ou  tanta

 

Le noms des doigts en patois de Randogne 

En patois du Gran-Cômôn ou Ancien Lens (qui comprenait les anciennes Communes de Lens, Icogne, Chermignon et Montana), je peux donner les informations suivantes :

lo di = le doigt – lè dis = les doigts
pôouzo = pouce
prômiè di = index
groú di = majeur
di dè la vèrzèta = annulaire (litt. doigt de l’alliance ou anneau)
cacanén = auriculaire (chez nous le cacanén signifie également le benjamin (dernier-né).

Comment se traduit "à ma descendante" en patois de Bagnes 

A ma descendante  : a sa ke vin apri  (littéralement : à celle qui vient après)

4. Objets

Une serfouette en patois Valaisan

  • patois de Savièse     capyo
  • patois de Bagnes      petson

Le nom du panier utilisé pour la quête à l’église

Le panier pour la quête  = > la grejëye

Lo mèrlètt

 Lo mèrlètt est une petite lampe à pétrole portative à suspendre.

« Cor de chasse » ou « corne de chasse » en patois de Bagnes

Le "cor de chasse" ou "corne de chasse" se dit en patois bagnard : kornabou.  Corne de bouc apprêtée pour en faire une trompe.

Les tonneaux en bois d’une capacité d’environs 30 - 50 litres pour transporter le vin avec le mulet (transhumance)

 Lo barâ = Tonnelet plat pour le transport de chaque côté du mulet , capacité 35-37,5 lt 

La plaque en fer dont se servait le paysan pour dévier l'eau du bisse pour arroser son pré 

En patois de Savièse, une plaque en fer qui servait à dévier l'eau du bisse pour l'arrosage des parcelles se dit :  oun couchelou, n.m.    /     ouna pla-ca, n.f.

Le support à fromages que l'on retrouvait dans les caves en Valais
Il avait la forme d'une échelle, mais avec des échelons en forme d'arc, entre lesquels on glissait les fromages à la verticale.

En patois de Lens/Chermignon  : rahelir, n.m.        En patois d'Anniviers  : rahheli                  En patois de Savièse  : ratioui, n.m.

"Poubelles" en patois de Chermignon  

Après quelques recherches et discussions avec nos spécialistes nous proposons : poubelle : brôtchia  = saleté, chose de peu de valeur  - chini   = cheni  -  chác a brôtchia : expression qui peut se traduire de manière littérale par : sac à saleté...donc sac à poubelles. 

Clé à foin ou tendeur de cordes, aperçue sous forme d'embrase de rideau, dans un café. Qui m'a-t-on appris se dit : " Trouaile" en patois bagnard et " trouèilye" ou "trouèiye"  en patois de Trient.

 En patois de Nendaz on dit catâa  : pièce en bois avec deux trous, fixé au bout d'une corde et servant à serrer une charge.  En français c'est une clé à foin.

5. Divers

Le patois de la louable contrée, région de Lens était-il identique à celui de la noble contrée, région Loc, Randogne, Mollens?

Les patois de la Louable Contrée (Lens, Icogne, Chermignon, Montana) et de la Noble Contrée (Mollens, Randogne), sont assez proches. Pour comparaison, je prends un couplet du chant "On a vingt ans qu'une fois" composé par le Révérend Père Tharsice Crettol :

Nos anciens disaient, Qu'on avait dans sa vie seulement une fois vingt ans; 

Lè j ansyan dïjyèvon, C'oun avit in cha vya rin c'oun yazo vïnt an ; patois de Randogne

Lè j'èinsiàn dejàn, qu'ôn aït dèin la vià rèin qu'ôn yâzo vént'an; patois de Chermignon

 

Cela, chacun le sait au village; On a vingt ans qu'une fois.

Chin lo chavon tsïcon ou vïlazo; Oun a vïnt an c'oun yazo. patois de Randogne

Chèin, lo châôn tsecôn ou velâzo; On a vént'an qu'ôn yâzo. patois de Chermignon

 

Ex.de mots : Fête-Dieu, Féyta-Diou (Rand.) - Féha-Djiô (Ch.) / Aubépine, arbèfin (Rand.) - arbèhén (Ch.) / Une chose, ouna tsoouja (Rand.) ôna tchioûja (Ch.)

 

Entre bons patoisants, on tient facilement la conversation. La graphie est quelque peu différente, mais la prononciation est à peu près la même. Il y aura certainement des mots spécifiques de l'endroit, c'est normal, mais dans l'ensemble on se comprend bien, surtout en bonne compagnie et devant un bon verre !

 

Le mot "origine", ou "original" en patois d'Evolène

Veurutâblo = véritable, vrai-de-vrai, authentique. Se prononce aussi veurtâblo. Le -o final très peu voire pas du tout audible: veurtâble.

Aller à pied en patois du Val d’Illiez

Aller à pied en patois :  allà a pia
 
On yadze n’allavan  eeu martchia ba  à Monta à pia  di Trétorein et no thieurnavan amon  à  pia assebain

Avant  on allait au  Marché  en bas à  Monthey à pied depuis  Troistorrents et on retournait en  haut à pied aussi
 
 
L’ayavé pas on mouei d’auto mais é l’ayavé  dza le tram  di Alle -Monta -Tsampéry
Il ni avait pas beaucoup d’auto ; mais  il  y avait déjà  le  tram Aigle- Monthey -Champéry
 
Alla à pia .. alla à perdré sé botté  
Allé  à  ped aller  à perdre ses souliers :être très préssé, toujours en courant

"Devinez quoi?" ou "Devine quoi?" en patois saviésan, en patois évolénard et en patois d'Anniviers

Évolène: Devìnna vê!

Anniviers: Dèvéna vé!

Savièse : ëndin-na é !

Tout à proximité -  Y a de tout ici.

Patois de Chermignon

Tò pré dè pèr énquye. = Tout près d'ici. 

Èintchiè nô, vo trovâ dè tòt ! Chez nous, vous trouvez de tout !

Patois de Saint-Luc
L'a dè tott éngké = il y a de tout ici.

Tott chó la mang = tout sous la main.

Je cherche à retranscrire en patois le texte du chant "le bourgwe" que les fillettes d'Evolène chantent dans cette émission des archives de la RTS. La journaliste en fait une traduction dans le commentaire, mais je n'arrive pas à comprendre ce que chantent les fillettes (extrait à 22 minutes du début de l'émission):
http://www.rts.ch/archives/tv/information/madame-tv/8231674-a-la-decouverte-d-evolene.html

Voir la traduction ici

J'ai entendu dire qu'il existait des communautés arpitanes perdues dans le sud de l'Italie. Les connaissez-vous ?

Ce sont les villages apuliens de Faeto et de Celle di San Vito, fondés par des soldats parlant francoprovençal, au XIIIe siècle. Le dialecte de ces communautés a évolué un brin différemment des nôtres, mais y ressemble encore fort ! N.Carron.

Le francoprovençal est parlé dans ces deux villages des Pouilles, depuis la migration aux 13e et 14e siècles d'une population venant d'une zone située à l'est de Lyon, à cheval entre les départements de l'Ain et de l'Isère. Il s'appelle là-bas le faetar (on prononce faille-dar même en français). C'est surtout Gaston Tuaillon qui l'a étudié et qui a localisé l'origine de ces migrants. Le faetar est assez connu, il existe un dictionnaire et une grammaire. Il est joli à entendre mais pas évident à comprendre, on pourrait dire que c'est du patois avec l'accent du sud de l'Italie. R. Maître

Je recherche des mots en patois d'Ayent de préférence, qui définissent les notions d’ouvrir.
Par exemple les différentes possibiltés de dire : ouvrir une porte. Ouvrir une serrure, ouvrir un cadenas. Une clé.

Ouvrir  une porte= uvri ona porta
une serrure         = ona charal
un cadenas         = o féro
accéder               = chè mossié
entrer                  = intro.

J ai toujours entendu "robater en bas la claie" et là on vient de me reprendre et dire "en bas la clive". J aurais voulu savoir quelle version est correcte.

"è  Jaëntot djion :   robata  ba pè à clèia"      Traduction:  "Les Ayentots disent : rouler dans la pente"

La montée ou l'inalpe en patois de Vex / Hérémence ? Est-ce que cela se dit la poya?

alper le bétail = poyê

le jour de l'inalpe = le zo dè poyê 

désalpe = decheija

"Belle vue" en patois de Veysonnaz   

Oûna bêa yüa  

« Petit paradis » en patois anniviard (plus spécifiquement vercorinard)

La traduction littérale du mot paradis est "paradétt", les patoisants de St-Luc suggèrent pour "petit paradis" le mot : "paradéjètt" (diminutif de paradétt).

"Favé" en patois du bas-Valais.

Fava, favé au pluriel,  signifie fée. 

« Eau de vie » pour l’alcool

Dans notre patois l'eau de vie se dit :  góta, n.f.,  ou  brèntuvin, n.m.
Cependant lorsque le mot est sujet l'article est "lu". Lorsque le mot est complément d'objet direct ça diffère. Ex. Yé biouk la góta. Yé biouk lo brèntuvin.

Rrose et rosé en patois de la région de St-Léonard

Il semble que le vin rosé n'était pas très en vogue à l'époque où le francoprovençal résonnait dans les caves. Mais après avoir vérifié auprès de diverses connaissances nous vous proposons ces termes en patois d'Ayent et de Savièse

Rose couleur         = róouja
Rose fleur             = róouja
Rose trémière        = cócarda
Rosé                    = rójéoua 
du vin rosé           = dé vën rójéoua
 

Rosé en patois de Fully (concernant le vin rosé)

Pour le vïn « rosé » =  le rojé… EX : on-n’a bouëtèye dè rojé. / une bouteille de rosé.

Pour le raisin « fendant-rose » =  le fandan-rojé.

Pour le mot rosé en général = rojô…  EX : Kan le cholaï keminche d’arbèyë, le kouotô , i l’è to rojô !  / Quand le soleil commence à envoyer ses premiers rayons sur le coteau, celui-ci devient (tout) rosé, etc.

Pour la couleur « rosé » = rochè… EX :  le chèp-li, dè gamé, l’è to rochè, i charè proeü on chèp dè tinturië ! / Ce cep-là de gamay est tout rosé ; ce sera bien un cep de « teinturier»

 

Je m'appelle X ou mon nom est X ?

Nous vous remercions vivement de votre intérêt pour le patois. Nous vou suggérons d'utiliser notre système de formation en ligne. Il est totalement libre et gratuit. Vous pourrez apprendre de manière ludique à vous présenter et saluer les autres en patois, poser des questions, parler de votre famille, de votre métier, de vos loisirs, de vous exprimer sur le Valais et ses traditions et bien d’autres thèmes encore ou découvrir des expressions typiques. Il suffit de vous inscrire  sur ce lien :  http://patois.edicours.com   Vous pourrez ainsi choisir votre patois et suivre tranquillement la progression de votre apprentissage.

J'aimerai apprendre le patois mais je vis en Australie, que puis-je faire d'ici ?

Votre message nous touche beaucoup et nous réjouis intensément. Merci de réveiller le patois qui sommeille en vous sous le soleil australien ;)
La Fondation a élaboré une méthode d'enseignement en patois d'Evolène. A ma connaissance elle n'est pas encore traduite en patois de Bagnes. Vous pouvez l'obtenir sur notre site internet.

Après consultation avec le président de la société des Fayerou de Bagnes, Raphaël Moulin, nous vous proposons de prendre contact avec lui afin de voir comment votre vœu pourrait se concrétiser. Peut être par l'envoi de fiche de travail, élaborée à votre intention... ?

Un dictionnaire sur papier est en cours, parution prévue fin 2015.

Je suis en 1ère année de Master Français Langue Etrangère à l'Université d'Angers. En lisant beaucoup de livres, je me suis rendue compte que le terme de "patois" était souvent vu comme étant péjoratif, négatif. Est-ce bien vrai?

En soi, pas du tout. Pour les patoisants de Suisse, de France et d’Italie du nord, le mot patois ne véhicule pas de connotation péjorative, même si les dictionnaires du français et leurs lecteurs continuent de croire à ça. Patois n’est péjoratif que dans la bouche de ceux qui n'aiment pas les langues que ce mot désigne! En revanche, les connotations évoluent au gré des attitudes, or le mot patois était bel et bien péjoratif autrefois, quand les patois étaient vus comme barbares, non civilisés, laids, sans grammaire, etc. Mais aujourd'hui, alors qu'un grand nombre d’études scientifiques, de dictionnaires, grammaires et méthodes d’apprentissage contiennent le mot patois dans leur titre, et que les patoisants on retrouvé une fierté certaine, si le terme est connoté, c'est plutôt positivement…

Existe-t-il une grammaire du franco-provençal du Valais central avec des règles d'écriture acceptée par tous, ou la liberté est-elle laissée à chaque auteur? Yo amo ben coherzhia in patwe, ma cha pa chi me fô icrir "patoué" o "patwe".

Il n’existe pas une grammaire unique pour l’ensemble des variétés de francoprovençal du Valais central, du fait des grandes différences qui existent entre les patois de cette région. Dans la pratique, les habitudes d’écriture connaissent une grande diversité, qui est en partie le reflet de celle des patois. Les auteurs cherchent le plus souvent à écrire de manière à représenter la prononciation. Il existe par ailleurs un système applicable à n’importe quel patois du Valais, qui peut être téléchargé sur le site de la Fondation : https://www.patois.ch/documents/Graphie_commune_patois_VS_juin20.pdf. 

Je suis originaire d'Isérables et réside actuellement à Canberra, en Australie. Je désire éveiller mes enfants à notre patrimoine culturel et linguistique, or je n'arrive pas à mettre la main sur un lexique ou dictionnaire de patois. Je crois comprendre que Victor Favre et avant lui, Denis Favre, ont édité des ouvrages traitant du patois d'Isérables.

A la Fondation du Patois, nous n'avons aucun livre de Victor Favre ou Denis Favre. Nous vous saurons trop vous inciter à privilégier les contacts, si c'est encore possible, avec les anciens de votre famille qui parlent le patois... Ils auront un grans plaisir à partager leur savoir.

Nous vous conseillons de "farfolé" (farfouiller)  sur le Glossaire publié : http://gaspar.unine.ch/apex/f?p=101:1:4494841602331::::: Il y a beaucoup de patois d’Isérables.

Et par une recherche « patois + isérables » sur rero, vous pourrez même avoir le plaisir de l’entendre :

https://explore.rero.ch/fr_CH/rero/result?sc=default_scope&qs%5B0%5D%5Bfd%5D=&qs%5B0%5D%5Bpr%5D=contains&qs%5B0%5D%5Bse%5D=patois+is%C3%A9rables&qs%5B0%5D%5Bop%5D=AND&lg=&mt=cdaudio&sd=&ed=&submit=&ex=0&so=rank



Je cherche donc à me procurer ces ouvrages, ou des reproductions (papier ou numérique).